Comment j’ai baisé la beurette voilée sœur de

Comment j’ai baisé la beurette voilée sœur deC’était un soir d’été il y a quelques années déjà, mon ami d’enfance Younes qui habite un petit pavillon d’une ville de la banlieue de Montpellier m’avait invité. Ses parents étaient partis au bled et ses frères étaient en prison, il n’y avait que lui et sa grande sœur Saliha qui avait 23 ans (j’en avais 20 à l’époque), il m’avait donc dit de passer en début de soirée et de rester dormir pour qu’on passe la journée ensemble le lendemain. Vu qu’il n’y avait pas beaucoup de bus et qu’à l’époque je n’étais pas véhiculé, je suis arrivé plus tôt que prévu, vers 19h30, 20h maximum. Dans le bus Younes ne répondait pas, il a finit par m’envoyer un message pour me dire qu’il était avec son patron et qu’ils mangeraient ensemble ce soir, que j’avais qu’à rester chez lui, que sa sœur me ferait à manger et que son patron le déposerait vers 22h.J’étais assez déçu, mon pote m’invite chez lui mais n’est pas là, c’est un peu du foutage de gueule. En plus, si j’avais des affinités avec ses plus grandes sœurs toutes en ménage et mères de famille, je ne connaissait pas vraiment Saliha, elle était proche de Younes en âge, ils ne se parlaient pas, alors par respect j’en avait toujours fait de même.Il faut dire que la famille de Younes vivent comme au Maroc, mais il y a 50 ans, ils sont traditionnels, ne parlent qu’en patois berbère, ont une mentalité très archaïque, un jardin avec un potager et des poules… Ce sont de vrais blédards de la campagne du Nord du Maroc. Les femmes portent toutes le voile, la religion est omniprésente dans leur vie.Mais revenons à notre histoire, lorsque j’arrive chez Younes, à ma grande surprise, Saliha m’ouvre la porte tout sourire et sans son voile, me considérant comme un membre de la famille. Elle me dit “Salut Ruben ça va ? Younes m’a prévenu que tu dormais ici, entre je vais te faire à manger”. Elle m’a de suite mis très à l’aise, on fréquentait la même fac alors on a pu parler des cours et de l’ambiance au campus, elle m’a dit de m’asseoir, qu’elle n’avait pas faim mais qu’elle allait me faire à manger. Elle portait un jolie djellaba bleue qui laissait deviner les formes pulpeuses de son corps et elle avait attaché ses cheveux, d’ordinaire voilés, avec une pince. Bien sûr en bon pervers je la matais, mais sans vraiment penser au sexe. Il faut dire que Saliha est tout le contraire de ces beurettes vulgaires que l’on croise partout en ville, c’est une fille sérieuse, je connais à peu près sa vie, elle n’a que deux copines, une autre fille voilée de son lotissement et un jeune mère de famille catho-tradi avec qui elle est à la fac. Elle ne sort jamais et la plupart de son temps libre lui sert à réviser ses cours ou aider sa mère dans les taches ménagères.Je me suis donc assis à table pendant qu’elle me servait comme un roi. J’aime tellement ces femmes méditerranéennes pour qui rien est plus naturel que de s’occuper d’un mâle. Elle cuisinait bien, et j’avais beau essayer de ne pas y penser, j’étais déjà excité par le fait qu’une femme s’occupe aussi bien de moi. C’était tout le contraire des filles d’aujourd’hui qui savent à peine faire cuire des pâtes. Pendant qu’elle me servait au fur et à mesure toute sortes de plats, on discutait un petit peu. Ce genre de filles ne sont pas très bavarde, plutôt réservées et pudiques. Mais je sentais tout de même qu’elle m’appréciait et qu’elle éprouvait du plaisir à échanger avec moi, on parlait de futilités, de cuisine, de jardinage… on a même abordé le sujet du mariage, elle m’a dit qu’elle voulait attendre un peu, finir ses études parce qu’une fois mariée elle n’aura plus le temps. A chaque fois que nos regards se croisaient, elle me faisait un petit sourire, gêné certes, mais assez communicatif, l’air de dire “j’aime bien parler avec toi même si c’est pas mon genre de parler à des hommes”. Pendant que je mangeais mon dessert, elle se mit à faire un peu de ménage dans le salon. Et la voir se baisser tout en courbe dans sa djellaba bleue commençait à sérieusement m’exciter. Pour la décrire rapidement, Saliha et une fille maghrébine à la peau très blanche, presque laiteuse, ses cheveux son noirs et ondulés, son visage que je n’avais jamais encore pris le temps de regarder m’apparu soudainement très intéressant, bien que simple, sans beauté particulière il est très régulier, très symétrique, son regard porte en lui seul tout les charmes de la Méditerranée, et choses fascinante à mes yeux, sa bouche lorsqu’elle parle bouge d’une manière naturellement sensuelle, avec de grosses lèvres charnue qui laisse apparaître une dentition parfaite avec un ouverture entre les incisives, les dents du bonheur.Mais c’est surtout son corps que je regardais, il faut dire qu’elle étais bien foutue. Grande de taille, peut être 1m75, plutôt mince mais avec une belle poitrine et un cul large et ferme. Je sais qu’elle n’essayait pas de me chauffer pendant qu’elle bougeait son cul en lavant le sol, car le salon était vraiment sale et elle était tout simplement gênée de me recevoir dans ces conditions ; mais j’ai alors réalisé la situation. J’étais seul dans une grande maison avec une fille musulmane qui ne parle jamais à de hommes en temps normal, et là je me rince l’œil en la regardant laver le sol juste parce qu’elle estime que je mérite d’être reçu dans une maison propre. Je peux vous dire que ça a commencer à me faire bander très fort. La vérité c’est qu’elle m’a fait à manger par respect et que maintenant elle est à quatre pattes par terre en train de faire briller le sol pour mon bien être. Je trouvais ça vraiment très excitant et très touchant. Je sais que pour elle c’était quelque chose de normal, mais ça me changeait tellement des étudiantes avec qui je baisais qui me recevait dans des appart degueu avec de la vaisselle de aydın escort trois jours et des croûtes de fromages qui traînent par terre.Je me suis dit qu’elle devait être excitée aussi à l’idée de parler avec un mec de son âge et d’être seul dans une maison avec lui. J’ai commencé à me l’imaginée à poil, dans les détails, et je me suis dit qu’elle devait être vraiment magnifique. Dans deux ans elle aura fini ses études et ses parents lui proposeront des maris, elle sort jamais, je suis clairement sa seule chance d’avoir une petite aventure avec un homme. Mais comment lancer le truc, elle risque de mal le prendre, elle va s’énerver, le dire à son frère. Elle en a peut être pas du tout envie d’ailleurs, peut être que je ne suis pas son genre, trop jeune sûrement. Et même si elle en a envie, elle voudra être raisonnable, elle dira non, elle ne se laissera pas faire. Toujours est il que j’avais vraiment envie d’elle, goûter à ses lèvres, l’embrasser langoureusement, peut être obtenir plus, voir son corps nu, j’étais obsédé par elle. Mais je ne savais pas comment faire, j’avais honte, peur de me prendre un râteau, peur de passer pour un pervers, peur de me mettre dans des histoires…Et pourtant j’en avais tellement envie, je me suis dis que j’avais peut être une chance, comme dans ces films où au bout de quelques phrases, les personnages finissent au lit ensemble. Je me suis dis que je devait être courageux, que je devais tenter le coup, que si elle réagit mal j’arriverai à ratt****r la chose, que je m’excuserai, que je dirai qu’en ce moment je ne vais pas très bien. Bref j’ai décidé d’agir en homme et d’écouter mes envies, je n’avais plus qu’à attendre le moment propice pour essayer de l’embrasser. Je devais faire vite parce qu’il était bientôt 21h et que Younes devait rentrer vers 22h. J’ai donc attendu qu’elle commence à débarrasser ma table pour engager la chose, je lui ai dis “Non Saliha c’est bon je vais le faire te prends pas la tête, tu m’as fait de la bonne bouffe je te dois bien ça”, bien sur elle a insisté pour continuer à débarrasser, en disant que c’était normal et que ça ne la dérangeait pas du tout. J’ai alors profité du moment où elle est venu enlever mon assiette pour l’en empêcher en l’attrapant par les poignets. Je lui ai dis “Non Saliha, vraiment j’insiste, c’est pas à toi de faire ça.” Je me suis levé sans lâcher ses poignets et je l’ai regardé dans les yeux, elle était gêné, même paniqué, mais ne semblait pas du tout avoir peur. Je lui ai alors dis “Non vraiment t’es une princesse toi, t’as bien cuisiné maintenant tu peux te reposer, je vais tout ranger, c’est rien”. Quand j’ai dis princesse, elle a rigolé et a baissé le regard, j’ai vraiment aimé ce moment, elle semblait apprécier que je la touche et que je la complimente. Elle semblait être excité de vivre ça, et être rassuré que ça soit avec moi, un garçon qu’elle connait depuis longtemps, qui est déjà venu chez elle plusieurs fois. Tout ça m’a donné beaucoup de courage, j’avais fait le plus dur, je la tenais par les mains et je lui avais montré qu’elle m’intéressait. J’ai alors commencé à marcher en la tenant, ce qui la forçait à reculer, je lui disait “Bah oui t’es une princesse, tu le savais pas ? On te l’a jamais dis ? t’es belle pourtant” j’ai attendu qu’on arrive au bout du salon et qu’elle se retrouve dos au mur pour l’embrasser. Le moment où mes lèvres se rapprochaient des siennes me paru durer des heures tant nos regards se sont dis des choses en seulement quelques secondes. Sa respiration était saccadé et son cœur battait extrêmement fort, notre baiser était langoureux, elle embrassait pour la première fois, mais extraordinairement bien, comme si c’était chose naturelle chez elle, je lui caressait le dos et les cheveux, son corps tremblait, je pense qu’on est resté contre le mur à s’embrasser pendant au moins dix minutes, je bandais tellement fort que sans trop me frotter à elle je savais qu’elle sentait déjà la bosse de mon short sur sa cuisse. Je me suis arrêté et lui ai dis “Je sais qu’on ne devrait pas faire ça, mais j’aime trop t’embrasser, j’ai pas envie d’arrêter” elle m’a répondu simplement “je ne me suis jamais senti dans cet état, continu s’il te plait”.Je ne sais si je comprenais vraiment ce qui m’arrivait, j’étais en train d’embrasser la sœur de mon pote dans la maison de ses parents. J’étais excité au possible, ma queue était toute dure, brûlante dans mon caleçon. Cette fille était tellement sensuelle, tellement féminine, aux antipodes de la vulgarité d’aujourd’hui, sa bouche avait un bon gout épicé, la peau de son cou que je commençait à lui dévorer avait la douceur du miel. Mes baisers dans le coup ne la laissait vraiment pas indifférente, elle se tortillait, découvrait de nouvelle sensation, elle prenait un plaisir incroyable. Par moment elle me disait des phrases du genre “tu connais trop les femmes, c’est trop facile” ou “j’ai honte de moi mais tu me rend folle”, je trouvais toujours les mots pour la rassurer, tout en douceur. Je savais que si je voulais que le moment dure il fallait passer à la vitesse supérieure, alors rapidement, tout en l’embrassant et lui mordillant les lèvres, j’ai commencé à lui caresser grossièrement son minou par dessus la djellaba. Je me souviens du sursaut et du gémissement à la première caresse, il ne me fit pas beaucoup de temps pour m’apercevoir que sa chatte était trempé, elle s’en était aperçue aussi, je doute que ça lui sois souvent arrivé auparavant, et mes caresses qui se faisaient de plus en plus chaude lui provoquaient soupirs et gémissements. Elle était comme tétanisé maintenant, dépassé par la tournure des événements. Elle qui pensait simplement faire à manger pour un invité ce soir, se retrouvait maintenant la vulve trempé à cause d’un homme qui se frotte à elle. escort aydın De peur qu’elle ne réalise qu’on avait largement dépassé les limites et qu’elle me demande d’arrêter, j’ai profité de son intense excitation pour faire sortir ses mamelles de sa djellaba. Ses seins étaient gros, ses tétons petits et pointus. Un seul à la fois pouvait sortir par le col de sa djellaba, alors je lui léchait un par un en lui mordillant légèrement la tétine, et ce tout en continuant de caresser son minou. Elle s’était abandonnée à moi, elle se laissait entièrement faire, si bien que quand j’eut commencé à remonter sa djellaba pour dévoiler ses jambes et ses cuisses elle ne montra aucune opposition, elle n’était plus capable que de dire “Starf’Allah* tu me rends folle”. Je me suis mis à genoux pour embrasser ses cuisses. Elle tremblait, à croire que ses jambes allaient lâcher. J’ai soulevé sa djellaba encore un peu plus jusqu’à voir sa culotte,, noire, en matière brillante, tout ce qu’il y a de plus classique. Je me retrouvais nez à nez avec son intimité. L’odeur de sa chatte toute mouillée se faisait déjà sentir, c’était un odeur très forte mais enivrante, elle me rappelait la fraîcheur de la mer. Je ne pouvais plus attendre et rapidement je lui baissa sa culotte, sous laquelle je découvrit une magnifique toison noire. Je pense qu’elle n’avait jamais coupé ses poils. Sa chatte était entièrement caché par un buisson de poils longs et frisés qui contrasté avec les pâleur de sa peau. Ce genre de chatte poilue m’ont toujours excité et j’ai commencé à lui faire de petit bisous un peu partout autour des lèvres. Je ne fut même plus surpris par ça réaction qui fut simplement de poser ses mains sur mes épaules. Saliha avait compris qu’elle était en train de faire une bêtise, maintenant elle assumait et voulait en profiter jusqu’au bout. Je l’ai invité à s’asseoir sur la canapé en la prenant par la main et je lui dis à quelle point je la trouvait belle et désirable. Assise les jambes écartés, je pouvais maintenant lui bouffer la chatte pour l’amener jusqu’à l’orgasme. Je l’ai torturé en effleurant à peine son clito à plusieurs reprises. Je pense qu’elle s’était déjà touché parce que son clito était plutôt réactif. Je me suis régaler à lécher cette moule poilue et trempé sans voir le temps passé, il était 21h45 quand j’ai regardé mon téléphone ou Younes m’avait envoyé “Je suis sur le parking de la cité avec l’équipe, je vais rentrer tard, rejoins nous si tu veux”. C’était comme une bénédiction, mon pote qui m’ennuyait à se retarder me prévenait qu’il allait encore plus se retarder mais pendant se temps je prenais du bon temps avec sa grande sœur.La chatte de Saliha était vraiment trempé, la mouille mélangée à ma salive dégoulinait de partout et j’avais ôté mon t-shirt pour le mettre sous ses fesses et éviter de salir le beau canapé marocain. Je lui aspirais le clito et elle adorait ça, elle gémissait, haletait, tortillait son corps dans tout les sens, par moment elle griffait le canapé avec ses ongles tellement le plaisir était puissant. J’étais aux anges. Rarement je n’avais vu une femme prendre son pied de la sorte. J’avais envie d’aller plus loin. Et comme il était hors de question de lui mettre un doigt dans la chatte de peur d’abimer sa virginité si précieuse à ses yeux. Je lui ai enfoncé mon index dans son trou du cul déjà trempé par sa mouille. Elle fut très surprise et me demanda ce que je faisais, je lui ai répondu un truc assez bête du genre “Je donne du plaisir à une princesse” mais je me souviens qu’elle a rigolé et qu’elle m’a dit “putain mais t’es vraiment trop fort”. Alors que mon doigt tournait lentement dans son cul, et qu’en même temps j’aspirais son clitoris devenu proéminent par l’excitation, ses soupirs son devenus de petits cris et elle a eu un premier orgasme léger, comme si elle se retenait, mais après que je lui mis le majeur en plus de l’index dans le cul et que je les remuait violemment tout en lui bouchant le clito, elle eu un second orgasme où tout son corps se contracta et qui se solda par quelques petits jets de mouille qui m’éclaboussèrent. A partir de ce moment là, Saliha, à qui se visitait le cul de mes de doigts, était devenu comme a****l, une femme dans toute sa splendeur qui profite de ce moment d’échange avec un homme et qui se lâche à fond. Elle voulait boire de l’eau, je lui servi un verre qu’elle bu avec mon pouce qui entrait et sortait de son cul. J’en ai ensuite profité pour continuer à l’embrasser goulûment, elle était très excité et me dit qu’on devrait monter dans sa chambre, que ça serait plus discret si son frère rentre plus tôt que prévu. Je l’ai donc porté dans les escaliers jusqu’à sa chambre à l’étage dans laquelle je rentrait pour la première fois. Les murs étaient roses pales et il n’y avait peu de meuble, son lit était très grand et assez ancien. Je l’y déposa dessus, lui fit enlever sa djellaba, et on s’embrassa sur son lit pendant qu’au tour à tour je lui pinçait les tétons et lui doigtais le cul.J’ai ensuite rapidement enlevé mon short et mon caleçon pour me retrouver moi aussi entièrement nu. Saliha qui avait déjà jouit était encore plus excité, elle voulait que je me frotte à elle, que ma queue touche son corps. Honnêtement à ce moment la j’étais bouillant, ma queue était dure et gonflé comme un gourdin, pleine de veines, prête à exploser. Je lui ai demandé si elle voulait me sucer, elle me répondit qu’après ce que je venais de lui faire ça ne la dérangeait pas.Elle prit timidement mon gland qui était plus gros encore qu’à l’ordinaire et se mit à me sucer en descendant jusqu’à la moitié de ma verge. Elle si prenait pas vraiment très bien, elle avait tendance à racler ses dents sur mon gland et n’osait pas descendre beaucoup sur ma queue qui est pourtant de taille aydın escort bayan moyenne. Je lui ai alors dis de simplement téter mon gland comme une sucette, ce qu’elle fit à merveille. J’étais tellement excité que je lui dis de se mettre à genoux sur le lit et je me mis à lui baiser la gueule. Elle avait l’air de trouver ça naturel de mettre une queue dans sa bouche, mais je crois que la position l’humiliait trop.J’ai donc décidé de m’allonger sur le dos pour un bon 69 mais ce coup ci en lui léchant le cul. Je lui ai dégusté la rondelle pendant cinq bonnes minutes en lui fourrant des doigts dedans. Elle était toujours très excité, elle m’a dit qu’elle voulait faire ça toute la nuit. Je lui ai dit de se mettre à quatre pattes, que j’allais l’enculer. Elle a longuement réfléchis puis elle m’a dit “Je t’ai offert un cadeau énorme ce soir, j’aurais jamais cru faire ça, j’ai beaucoup aimé ce que tu m’as fait sache le. Je vais te laisser faire ce que t’as envie parce que on a commencé et on doit finir comme tu en as envie. J’espère que t’es vraiment un homme et que tu parleras à personne, si ça reste entre nous ça sera un bon souvenir pour moi, peut être ma seule bêtise grave. Mais si tu racontes ça aux gens, tu m’auras juste salie, t’auras agis comme un gamin et je te le ferai regretter vraiment, je te causerai des problèmes”. J’étais autant surpris par une telle maturité de sa part et un tel recul sur le sexe malgré son milieu que choqué du fait qu’elle venait clairement de me demander de l’enculer.Son cul était dilaté et bien ouvert, j’ai eu un peu de mal à y entrer mon gland qui est plus large que le reste de ma queue, mais une fois que c’était fait je pu m’enfoncer entièrement en elle. Son cul large et très ferme était magnifique, je le baisais doucement en profitant de chaque instant, elle gémissait beaucoup, criait par moment, avait mal, mais elle aimait, je crois qu’elle aimait surtout me donner du plaisir. Rapidement j’ai accéléré la cadence et commencé à lui tirer les cheveux. Elle couinait, me disais que c’était bizarre comme sensation, qu’elle savait pas si elle aimait. C’est la première fois qu’elle me parlait vraiment de ce qu’elle ressentait pendant l’acte.A partir de ce moment on est devenu très proche, je lui ai dis que je prenais un plaisir fou à lui faire l’amour, que c’était vraiment une princesse, et qu’elle pouvait la faire jouir très fort avec ma queue dans son cul si elle se concentrait bien. Pendant toute la sodomie on a fait que se parler. Je crois que le fait qu’elle fixe des règles tout en m’autorisant à la pénétrer nous avait mis à l’aise quant à la situation. Elle m’a dit qu’elle me trouvait très beau et que la femme qui m’épousera aura beaucoup de chance. Je prenais mon pied de fou, une beurette magnifiquement bien faite était en train de s’offrir à moi. Hormis l’homme qu’elle épousera je serais le premier et le seul à avoir connu son corps.Elle était allongé sur le ventre, moi allongé sur elle entrain de lui piner le cul jusqu’aux entrailles et on s’embrassait. Elle se lâchait complètement, elle prenait son pied, elle profitait de chaque seconde. On discutait beaucoup pendant que je la sodomisait, je la complimentais, mais je n’osais pas l’insulter ou la rabaisser, je pense qu’elle n’aurait pas accepté même si ça ne l’aurait que plus excité encore. Au bout d’une bonne demi heure de baise je lui ai demandé si je pouvais jouir à l’intérieur de son corps, elle m’a dit que du moment qu’elle le ne tombais pas enceinte c’était bon. Je l’ai faite s’installer en missionnaire et j’ai pu prendre son cul les yeux dans les yeux, elle semblait beaucoup mieux contrôler ses émotions et ses sensations. Elle m’avoua qu’il lui arrivait de se toucher sous la douche mais qu’elle ne va jamais jusqu’à l’orgasme. Pendant que je lui faisais l’amour par le cul en missionnaire elle eu plusieurs petits orgasmes, elle en avait les larmes aux yeux. Malheureusement elle n’a pas eu l’orgasme explosif que j’espérai. Sur la fin je me suis montré plus salace, et sans l’insulter je lui disais “Alors t’en a envie que je te remplisse hein ?” ou ” je te défonce le cul là profites en”. Elle avait l’air d’aimer. Au bout de presque une heure de sodomie, ce qui est quand même très long, j’ai fini par sentir que ma queue était sur le point d’exploser. Mon orgasme à du durer près de trente seconde et je me suis littéralement vidé dans son trou du cul, elle avait l’air très impressionnée quand j’ai jouit, je crois qu’elle a eu un petit orgasme en même temps. Suite à ça on s’est embrassé pendant quelques minutes mais sans plus rien se dire, je venais de jouir dans le cul d’une fille voilée et j’étais épuisé. je me suis reposé sur son lit pendant qu’elle est partie prendre une douche et laver son cul qui dégouliner de mon sperme épais. Pendant qu’elle se douchait j’ai entendu que Younes arrivait, je suis allé au balcon fumer un clope comme si de rien était et j’ai continué la soirée avec mon pote à discuter à jouer à la console.Le lendemain avec Saliha nous nous sommes évités, nos regards ne se sont pas croisés une seule fois. Depuis ce jour nous ne nous sommes plus vraiment parlé, seulement quelques formalités. Aujourd’hui elle est marié à un homme respectable et elle a des enfants. J’espère que son mari sait la satisfaire car c’est une femme exceptionnelle qui m’a fait comprendre beaucoup de choses en une seule nuit. D’après sa mère elle demande souvent des nouvelles de moi quand elle vient visiter ses parents. Je pense que tout comme moi elle garde un bon souvenir de cette aventure improbable.Saliha m’a fait un cadeau énorme en me laissant la toucher alors que c’est contraire à ses principes et à son mode de vie. Je ne pouvais pas lui manquer de respect en l’insultant ou en lui mettant des claques car déjà elle me donnait l’improbable. Pourtant ça a était une salope d’exception. C’est une femme que je respecte beaucoup, et je n’ai jamais parlé à personne de ce qui s’est passé ce soir là.Bien sûr son nom a été changé.* : Oh mon Dieu ! en arabe

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir