Envoyée en captivité 1/2

Amateur

Envoyée en captivité 1/2ATTENTION HISTOIRE POUR LECTEURS AVERTISCe récit et ceux à venir est tiré de faits vécus dans ma vie passée.Ce mercredi en début de soirée je rentre chez moi après une journée que je qualifierais de normale: le matin j’ai satisfait sexuellement un homme qui m’a récompensée pour le plaisir que je lui ai procuré. l’après-midi avec mon amant du moment j’ai pris et donné du plaisir, ma culotte en porte les traces car malgré que je me sois essuyée du sperme coule de mon vagin pendant mon parcours de retour.Mon mari est déjà rentré et à son air je vois qu’il n’est pas de bonne humeur.<>.<>.<>.Là je me rends compte de l’énorme bourde que je viens de faire: c’est son anniversaire.<>.<>.<>.Là je suis mal, il insiste, je retire le sous-vêtement et lui présente.Il constate la présence de sperme et cyprine sur l’objet.Il est en rage et vu ce qu’il me promet comme punition pour le weekend ça ne va pas être une partie de plaisir pour moi surtout qu’il tient toujours parole quand il dit quelque chose.Le lendemain loin d’être rassurée par ce qui m’attend je rumine et cherche une solution pour éviter la terrible punition qui m’attend.Je me souviens qu’en réponse à une de mes annonces (cherche hommes généreux pour relation intime), parmi les lettres que j’ai reçues de mâles intéressés, il y a une sortant de ordinaire qui m’a surprise et à laquelle je ne comptais pas répondre.Je téléphone à mon correspondant qui se prénomme Mathieu pour qu’il me précise ce qu’il cherche: il veut utiliser à sa guise une femme soumise qui restera attachée comme une prisonnière pendant le weekend sans dépasser des limites qui restent à fixer. Il me dit qu’il n’y a que comme ça qu’il prend vraiment son plaisir. Le soir j’en parle à mon mari.<>.Il réfléchit puis:<>.<>.J’appelle Mathieu, nous discutons pendant un moment, mon mari me passe des papiers avec ses exigences qui tendent à durcir mes conditions de détention, puis nous tombons d’accord et rendez-vous est pris pour le vendredi à 17 heures chez lui.Le vendredi je me prépare mais ne cherche pas à paraître très sexy car mon habillement ce n’est pas vraiment ce qui l’intéresse.mon mari m’emmène (ainsi il saura ou me trouver en cas de problème) et un peu avant l’heure prévue me dépose devant un charmant pavillon positionné au milieu d’un grand terrain arborisé.La grille est ouverte, les jambes flageolantes, pas rassurée et avec l’envie de faire demi-tour qui me tenaille je me dirige vers la porte de l’habitation et je sonne.Mathieu, un homme grand et costaud, brun et à la mine pas désagréable m’ouvre et m’invite à entrer.Nous buvons un verre pendant qu’il me précise ses exigences.Il me conduit au sous-sol et me pousse dans une pièce ou après qu’il aie allumé la lumière je constate que la fenêtre est occultée et que les murs en parpaings sont peints en blanc. Cette pièce me paraît bahis firmaları bien triste.Dans un coin un matelas est posé à même le sol, une chaîne fixée au mur traîne à coté. d’autres anneaux sont fixés en différents endroits sur le mur.Sur un autre mur des chaînes sont passées dans des anneaux fixés dans le mur.Il y a un WC et un lavabo accessibles pour une personne captive la longueur des chaînes étant suffisante. Sur le lavabo une éponge est posée et à coté une serviette est accrochée, on devine pourquoi.<>. Ceci dit sur un ton sec qui n’admet pas de réplique.Je m’exécute sans dire un mot puis il me conduit en me tenant par un bras vers le mur. Rapidement des bracelets en cuir fixés à l’extrémité des chaînes enserrent mes poignets et mes chevilles puis il me réduit au silence en introduisant dans ma bouche une boule munie d’une sangle qu’il attache coté nuque.Il me regarde satisfait et les yeux brillants.<>.Il titille sans ménagement les tétons de mes seins qui sont érigés puis fouille mon intimité très humide.<>.Avant de venir j’ai mis du produit chauffant sur les tétons et mon intimité ce qui explique mon état.Il éteint la lumière et quitte la pièce.Je frissonne bien que la température soit bonne et je suis très anxieuse quand à la suite.Le bruit des chaînes quand je bouge me glace.Après un bon moment d’attente debout je fatigue et je m’assois à même le sol.Après un moment qui m’a paru une éternité la porte de mon cachot s’ouvre et la lumière s’allume.Mathieu s’approche de moi.<>.Je me lève, il tire sur les chaînes et les accroche sur des pitons, je me retrouve écartelée sans ménagement les bras à l’horizontale et les jambes écartées à m’en faire mal.Il dégrafe son pantalon et sort du slip avec difficulté un gros pénis gonflé par l’envie.Il se colle contre moi, d’une main dirige sa queue contre mon vagin et en cherche l’entrée.D’une violente poussée il me pénètre, son membre s’enfonce en moi sans ménagement en écartelant les chairs jusqu’à venir buter au fond de ma grotte.Tout en martyrisant mes seins et les tétons il se met à me défoncer à grands coups de reins me collant contre le mur dont les aspérités griffent mon dos.Je ne m’attendais pas à accéder au plaisir mais je n’avais pas programmé d’étreinte si violente.Notre accouplement ne dure pas longtemps son pénis qui emplit mon vagin gonfle encore, est agité de tremblements et envoie d’importantes giclées de sperme qui viennent frapper le fond de mon intimité. Pendant qu’il jouit il se crispe les mains aggripées à mes hanches, ses ongles s’incrustent dans ma peau ce qui est douloureux pour moi.Cela devait faire un moment que Mathieu n’avait pas vidées ses bourses vu la quantité de sperme qu’il a déversée en moi.Il se rajuste,quitte la pièce sans dire un mot et je me retrouve dans le noir.Le sperme coule de ma chatte, mouille mes cuisses et atterrit sur le sol.Le temps passe, il revient me voir, place une petite table basse près de moi puis y dispose un repas et de la boisson.<>.J’obéis, il retire mon bâillon.<>.Je déboutonne son pantalon qui tombe à ses chevilles puis son slip prend le même chemin. Sa queue n’a pas perdue de sa vigueur et garde ses dimensions imposantes.Je la lèche consciencieusement kaçak iddaa pendant un moment de tous côtés et sur toute la longueur en partant du gland pour finir sur les testicules, il se trémousse.<>.Sans l’aide de mes mains que je pose sur ses cuisses je fourre sa verge dans ma bouche en l’avalant au maximum ce qui n’est pas aisé vu ses dimensions puis je lui fais une fellation vigoureuse avec des mouvements alternativement lents puis rapides.Ses mains sont agrippées à mes épaules et les mouvements de son corps m’indiquent qu’il ressent du plaisir qu’il exprime en m’insultant copieusement me traitant de salope, de putain, de dégorgeoir à bites et autres.J’accélère les aller-retour de ma bouche sur sa queue pour en finir au plus vite, heureuse quand il se crispe et que ses ongles s’enfoncent dans la chair de mes épaules il se vide dans ma bouche. j’avale le sperme et continue un peu à sucer.Il se retire et se rhabille puis il s’en va en me disant de manger ce que je fais à genoux vu la faible hauteur de la table et l’absence de chaise.Quand je revois mon bourreau il me libère les poignets et les chevilles puis me demande de m’asseoir sur le matelas.Il me met un collier clouté large pour chien autour du cou et l’accroche à la chaîne qui est à proximité. Il me bâillonne de nouveau.Il m’équipe d’une ceinture autour de la taille munie de deux menottes qu’il me passe aux poignets. Avant de sortir et de me laisser dans le noir il me dit:<>.Effectivement il vient plusieurs fois dans la nuit me défoncer la chatte avec sa grosse queue ne libérant ma bouche que pour que je le mette en état de me prendre ce qui n’est pas difficile car il a un bon tempérament et bande facilement.Je ne dors pas beaucoup.Le matin après lui avoir fait une pipe je déjeune à genoux puis il me libère pour que j’aille faire ma toilette dans sa salle de bains.De nouveau enchaînée au mur et bâillonnée il m’annonce que ce matin une personne doit lui livrer du matériel et qu’il ne compte pas la payer avec de l’argent vu qu’il a à sa disposition une putain qui peut servir pour un paiement en nature.Il me demande si j’ai une objection à formuler. Il n’a pas l’air de plaisanter.Dans la position ou je suis je me vois mal refuser ne sachant pas à quoi je m’expose, de toutes façons je ne suis pas à un coup de queue près avec toutes celles qui ont déjà visité mon vagin et ma bouche.Comme je ne peux pas parler je consens d’un mouvement de tête.Il me laisse dans le noir. Mathieu vient me chercher après un long moment passé seule, il me détache et libère ma bouche.Il me remet le collier pour chien autour du cou et y attache une laisse puis il me tire hors de ma geôle et non pénétrons dans son salon.Un homme est assis dans le canapé.Il est obèse et au visage ingrat, je me vois mal faire l’amour avec lui.Honteuse de me présenter devant lui nue et tenue en laisse comme un a****l je baisse les yeux.<>.<>.<>.<>.<>.<>. Loin d’être fière je pense le contraire mais comment faire autrement.Mathieu donne la laisse à Jacques qui m’entraîne comme une chienne dans une chambre.Debout à côté du lit il m’enserre dans ses bras et ses lèvres viennent écraser les miennes, sa langue pénètre ma bouche et malgré ma répulsion ma kaçak bahis langue va à la rencontre de la sienne. Nous échangeons un long baiser pendant qu’il pelote mon corps.J’entreprends de le déshabiller avec la hantise de découvrir son corps.Une fois qu’il est nu je cache les sentiments que son corps déformé par les bourrelets de graisse m’inspire.Il est assis au bord du lit, je me place à genoux entre ses jambes et je caresse ses cuisses et son sexe qui paraît petit par rapport à son corps.Il bande, je soulève les bourrelets de graisse de son ventre en plaçant ma tête dessous et je lèche comme je peux sa queue tout en caressant ses testicules.Quand j’estime que j’ai suffisamment léché je prends le pénis dans ma bouche et je suce avec des aller-retour rapides et rapidement il gémit et se crispe.Son sperme vient frapper ma gorge, j’avale (le goût n’est pas bon) et je continue la fellation.Il s’allonge sur le lit.Je le masturbe de peur qu’il ne débande pendant que je me positionne au dessus de lui mes jambes de chaque côté de son corps puis je m’empale sur son membre.Avec des grands coups de reins je fais des va-et-vient en faisant pénétrer au mieux sa queue dans ma chatte.Je caresse son corps et de temps en temps je l’embrasse pendant qu’il pétrit mes seins et tord les tétons.Il est long à venir et gémit beaucoup. Mon dos est en sueur car je m’active longtemps et lui vu son poids ne bouge pratiquement pas.Enfin son corps se raidit et il arrose mon ventre.Je me retire et essuie sa queue et ma chatte avec une serviette qui se trouve au pied du lit.<>.<>.Sa réponse me soulage.Debout au pied du lit j’attends qu’il se rhabille, il prends la laisse qui ne m’a pas quittée pendant nos ébats et me ramène dans le salon ou Mathieu nous attend.<>.<>.<>.Je reste silencieuse malgré l’inquiétude qui me gagne après avoir entendu ses paroles.<>.<>.<>.Mathieu m’emmène en laisse dans ma geôle suivi par Jacques. Après les avoir changés d’anneaux (il les passe dans ceux fixés presque à hauteur du plafond) il me refixe les chaînes aux poignets et aux chevilles puis me bâillonne.J’ai les bras distendus vers le haut et mes pieds touchent à peine le sol, ma position est très inconfortable.Je suis honteuse devant Jacques et en plus les réflexions de Mathieu à mon sujet n’arrangent pas ma situation car il me rabaisse et m’humilie.Je reste dans le noir les bras endoloris jusqu’à ce que Mathieu vienne se soulager dans mon ventre.Après avoir apporté mon repas du midi il m’explique ce qui va m’arriver cet après-midi et le lendemain:<>.<>.<>.Je capitule sachant que dans ma position il n’y a pas d’alternative.<>.<<ça se passera bien et de toutes façons tu n'as plus le choix. Ce matin c'était un test, j'ai voulu voir jusqu'à ou tu irais, je ne pensais pas que tu accepterais d'avoir des relations sexuelles avec d'autres hommes que moi et surtout pas avec Jacques>>.Je mange puis toujours enchaînée et bouche bâillonnée j’attends dans le noir la suite des événements.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir