Jeremy Stories 1 – Découverte du Sexe Anal

Jeremy Stories 1 – Découverte du Sexe Anal[Note à lire] Pour cette première histoire, sachez que je ne compte écrire ici que des histoires qui me sont réellement arrivées, telles que je les garde en mémoire. Certains détails seront peut-être enjolivés, mais cela restera néanmoins assez fidèle à la réalité. Je dévoilerais donc des détails intimes, mais je m’assurerais que l’identité des personnes qui ont partagés mes expériences resteront anonymes. Pas la peine de demander des noms, des numéros ou des confirmations d’identité. Sur ce, bonne lecture !J’avais 18 ans, bientôt 19, nous étions en Novembre 2009. J’étais en fac d’informatique, très porté sur le MMORPG et accroc au porno. Il m’arrivait bien sûr de faire des rencontres, mais elles étaient rares. Pourtant, il arrive que certaines marquent notre sexualité. Cette histoire vous raconte l’une d’entre elle.Je m’étais rendu à Saint-Etienne en train, pour rendre visite à un ami du lycée qui m’avait invité à une soirée. Je n’y venais pas souvent, alors j’avais pris la décision de venir en début d’après-midi afin de flâner un peu avant de rejoindre mon ami en fin d’après-midi. Mais lorsque je sortis de la gare… la pluie se mit à tomber. Je restais là, à pester intérieurement, quand j’entendis quelqu’un râler comme moi à cause du mauvais temps. A côté de moi, une petite beurette. Je la regardais : un peu moins d’un mètre soixante, voilée sans avoir le visage dissimulé, elle portait un jean et un sweat-shirt à capuche assez ample qui laissait néanmoins deviner une imposante poitrine. Elle n’était pas ronde, pas de ventre apparent, ses jambes sportives. Ce qui accentuait la taille de sa poitrine. Je lui souris et lui dis : “Super, je suis bloqué ici. Vive la pluie…”Elle me répondit :”Moi c’est pire, j’attends quelqu’un, alors que je pourrais être chez moi en moins de 10 minutes.”Nous commençâmes alors à discuter. Elle s’appelait Inès, elle avait 18 ans depuis 1 mois, elle était lyonnaise, en fac d’anglais à Saint Etienne. Au bout d’une quinzaine de minutes à faire connaissance, elle montra des signes d’impatience. Je lui demandais alors qui elle attendait. “Une pote, me répondit-elle, mais elle me réponds pas. Elle fait chier.”Je lui proposais de lui offrir un café en face de la gare pour passer le temps. Elle me sourit et me dit qu’elle en avait marre d’attendre, qu’elle allait rentrer chez elle et qu’elle pouvait faire du café chez elle.Nous voilà en route pour chez elle. En effet, en moins de dix minutes de marche, nous étions arrivés, dans une petite résidence étudiante, où elle avait une chambre. Nous étions trempés alors elle me proposa d’enlever mon pull et de le mettre sur le radiateur. Je fis surpris de la voir faire de même ; j’avais toujours pensé les filles musulmanes pudiques. Elle était désormais dans un petit débardeur noir, moulant, au décolleté plongeant. Je n’ai pas pu m’empêcher d’y jeter un œil, ce qu’elle remarqua immédiatement.Je détournais alors les yeux, et je lui dis simplement que je la trouvais jolie. Elle me remercia et me dit qu’elle me trouvait pas mal non plus. Enhardi par ce compliment, je commençais à lui demander si elle était célibataire et si il lui arrivait de faire des rencontres. ankara escort Elle montra des signes de gêne et m’avoua qu’en réalité elle n’avait jamais eu la moindre expérience avec des hommes. Surpris je répétais : “Aucune ?”Elle me dit alors qu’elle étais déjà sorti avec des garçons, mais ce que ça n’était jamais allé plus loin que des baisers et quelques attouchements.Un peu gêné moi aussi, je lui demandais alors si elle avait déjà éprouvé l’envie d’en découvrir plus. Elle me dit que oui. Voulant savoir ce qu’il en était, je lui demandais si je lui plaisais. Elle acquiesça. Je me levais alors, m’approchais d’elle. Elle restait immobile et silencieuse. Je tentais de l’embrasser. Elle laissa nos lèvres se toucher. Et soudain, elle prit mon visage entre ses mains et mit sa langue dans ma bouche. J’ai rarement connu des baisers aussi langoureux. Nos langues jouèrent ensemble longtemps. Lorsque nous arrêtèrent, j’étais en érection, plein de désir. Je lui proposais alors d’en découvrir plus si elle le souhaitait. De nouveau gênée, elle me déclara timidement qu’elle désirait rester vierge et qu’elle ne voulait pas, selon ses termes, “juste sucer”, et que du coup elle ne pensait pas qu’on ferait plus que s’embrasser.Je lui dis alors qu’il y avait peut-être un autre moyen… Intriguée, elle me demanda lequel. Je lui dis d’une voix mal assurée, car je n’avais jamais vu ça que dans du porno :”Le sexe anal.”.Elle se figea, surprise.”Mais ça fait mal, non ?” me demanda-t-elle.Je lui répondis que non, si c’était fait doucement. Et soudainement, je l’embrassais passionnément, je me renversais en arrière sur son lit tout en l’embrassant, elle me chevauchait. Je lui glissais à l’oreille :”Je serais extrêmement doux avec toi…”Et alors que je m’attendais simplement à un refus et éventuellement d’autres baisers, elle me murmura tout en touchant à travers mon jean mon sexe gonflé de désir :”Installes-toi bien dans mon lit, je prends une petite douche de cinq minutes et je te rejoins.”Sur ces paroles, elle disparut dans sa minuscule salle de bain.Excité comme jamais par la situation, et je l’avoue, très nettement par le fait qu’elle était vierge, musulmane voilée, qui donnait un goût d’interdit très intense, je me déshabillais complètement, m’allongeais sur son lit par-dessus les couvertures, et commençais à me masturber.A peine quelques instants après, je l’entendis sortir de la douche. Je gardais les yeux fixés sur la porte de la salle de bains. Elle s’ouvrit. Je la découvris, entièrement nue, les cheveux apparents car elle avait enlevé son voile. Elle n’était pas mince, ni grosse, mais sportive et un poil musculeuse. Entièrement épilée, sauf son sexe qui était malgré tout entretenu. Un ventre plat, des hanches voluptueuses, des fesses musclées et rebondies. Et des seins magnifiques, énormes. Je n’aurais jamais cru que des seins pouvaient être si gros et être fermes. Du 85E, m’a-t-elle dit plus tard. Elle marcha vers moi, puis se mit à quatre pattes sur son lit pour aller à mon niveau.Elle m’embrassa langoureusement puis jeta un regard sur mon sexe et dit qu’elle le trouvait beau et gros. Je lui demandais si elle était certaine qu’elle voulait tenter l’expérience. ankara escort bayan Elle me répondit par un sourire et en prenant mon sexe dans sa main, commençant ainsi à me masturber énergiquement.Elle était sur moi, me chevauchant sur le ventre, un bras en arrière pour me branler. Je me redressais un peu, et je m’appliquais à toucher, caresser ses seins. Mon dieu, qu’ils étaient incroyables ! Je me mis à les lécher, à les presser, à mordiller doucement ses tétons…. ce qui la fit vivement réagir : je sentis sa main serrer plus fortement mon sexe et elle commençait à gémir. Je continuais un peu plus fortement, ses gémissements se firent eux aussi plus forts et elle commençait à donner des coups de reins sur mon ventre et je pouvais sentir l’humidité naissante de son clitoris…J’entrepris alors de la soulever, de l’allonger sur le dos et de me mettre sur elle. Je lui proposais de la lécher si elle le désirait, même en l’absence de pénétration. Elle me dit qu’elle le voulait.Mes deux mains agrippés comme des amants à ses seins lourds et fermes, ma bouche descendit en embrassant son corps, passant sur son sternum, son ventre, son nombril, son bas-ventre… puis son clitoris. Il était gonflé et trempé de désir. J’y glissais ma langue, jouant aussi avec mes doigts parfois. Je me mis à lui caresser doucement l’anus en même temps. Elle ne dit rien. Il avait l’air parfaitement propre et il était dénué de poils. Je me risquais à le lécher. Ses gémissements ne discontinuaient pas. Alors je me mis à alterner entre son clitoris et son anus, léchant, doigtant l’un puis l’autre et vice-versa. Je m’appliquais, je ne rompais pas le rythme même si ma mâchoire commençait à me faire mal. Et là, soudainement, elle cria, m’enserra le cou avec ses cuisses à un point tel que je ne pouvais pas me dégager de son sexe ! Elle venait de jouir, et je venais de lui donner son premier véritable orgasme !Elle me demanda de l’embrasser, ce que je fis, le goût de sa chatte trempée et de son anus encore en bouche. Elle me dit qu’elle voudrait me rendre la pareille ; je lui dis que je le voulais aussi. Elle se remit sur moi, et commença à me lécher les tétons, puis à descendre… je fermais les yeux et je la sentis prendre mon sexe en main, l’embrasser sur le côté timidement… puis le prendre en bouche. Elle suçait très bien, et m’a surpris lorsqu’elle l’a mis complètement en bouche. Je n’en revenais pas. Une petite arabe voilée, que j’aurais cru discrète, timide, et pudique, était là, à quatre pattes sur son lit, s’étouffant volontairement en gorge profonde avec mon sexe ! La voir ainsi m’excitait encore plus. Je la vis alors descendre un peu plus bas et je sentis sa langue sur mes testicules… que c’était bon ! C’est alors que je sentis une sensation bizarre… sa langue était désormais à un endroit inhabituel… mon propre anus ! La surprise me dit me dresser, et elle me demanda :”Tu n’aimes pas ? J’ai adoré, j’ai pensé que tu aimerais aussi…”Je la rassurais immédiatement et l’encourageais à continuer. C’était, à mon grand étonnement, très agréable. Elle se fit plus entreprenante et se concentra exclusivement sur mon anus avec sa langue, tandis qu’elle palpait énergiquement escort ankara mon sexe et mes testicules. Elle avait maintenant sa langue complètement dans mon anus, et faisait des allers et retours. Vraiment très bon, et très surprenant. La nouveauté, l’étrangeté et l’excitation de la situation me donnèrent rapidement envie de jouir. Je le lui dis, et elle mit mon gland dans sa bouche au moment où je jouis. Elle revint à mon niveau, me regarda, ouvrit sa bouche encore pleine de mon sperme, avala, et me regarda droit dans les yeux.J’étais subjugué. Je n’avais encore jamais vu ou vécu ça. Je lui dis en riant “Tu es sûre que tu n’as pas plein d’expérience sexuelle ?”Elle se mit à pouffer et me répondit que non, mais qu’elle était à présent extrêmement excitée et qu’elle voulait faire tout ce qu’elle pouvait avec moi. J’étais encore en érection, et je lui demandais si elle voulait tester le sexe anal. Comme toute réponse, j’ai eu droit à un sourire et à la voir se retourner à quatre pattes et à la voir se pencher en avant de façon à offrir à ma vue son cul et son sexe… Je pris une des capotes que j’avais mis sur sa table de chevet lorsque je m’étais déshabillé, je l’enfilais, et je me penchais vers son cul pour recommencer à le lécher pour le lubrifier. Je lui mis ensuite un doigt, puis un deuxième… et la jugeant prête, j’approchais mon sexe. Tout doucement, mon gland entra.Elle me dit d’y aller tout doucement, que j’étais à la limite de lui faire mal. Je ralentis encore plus, puis, au fur à mesure, entrait mon sexe de plus en plus. Elle lâcha un gémissement lorsque mon sexe fût complètement dans son cul, et je commençais à faire des va-et-vient de plus en plus forts. C’était serré, mais je sentais son anus s’écarter au fur et à mesure de mes coups de reins, la difficulté décroissait tandis que notre plaisir montait. Ses gémissements devinrent petits cris de plaisirs et ces cris devinrent des “Baises-moi, prends-moi, j’aime ça !”.Je la sodomisais alors de plus en plus fort en levrette. Je touchais de temps à autres son clitoris avec mes doigts : elle était trempée, plus excitée que précédemment. Nous changeâmes de position ; je m’allongeais sur le dos et elle s’empala analement sur moi. Je regardais cette petite beauté arabe me chevaucher, donnant des coups de rein de plus en plus fort, laissant des trainées de cyprine sur mon bas-ventre. Soudainement, je me redressais, la pris contre moi, pris violemment un de ses seins, lourd, mordillais et aspirais son téton alors que de l’autre main, je mis un doigt dans son anus que j’étais encore en train de pénétrer… et très vite, elle jouit une deuxième fois.Elle s’écarta alors, me poussa pour me laisser me rallonger, et se mit à branler énergiquement mon sexe avec ses seins. Lorsque je lui dis que j’allais jouir de nouveau, elle enfonça sa bouche jusqu’à la garde de mon sexe, et je sentis mon sperme rencontrer le fond de sa gorge.Nous étions épuisés.C’était si bon, et je n’en revenais pas. Elle semblait très satisfaite, et me disait qu’elle avait adoré, et qu’elle ne s’attendait pas à être initiée analement. Je lui avouais que c’était ma première fois aussi. Elle se mit à rire et me dit “la prochaine fois tu seras meilleur alors ? Mmmh j’ai hâte !”.Nous échangèrent nos numéros et je quittais sous peu sa résidence, pour aller voir mon ami, la tête remplis d’images excitantes de nouvelles rencontres anales à venir avec cette fille de 18 ans à peine…

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir