Laisse moi devenir dominatrice

Laisse moi devenir dominatriceJ’adore quand il a le contrôle sur moi. J’aime le laisser me guider de façon autoritaire, sachant qu’il m’emmènera systématiquement vers de nombreux orgasmes. Toutefois, je sens une certaine envie de me rebeller ces derniers temps. Une envie de dominer nait en moi, sans que je sache comment m’y prendre. Il l’a remarqué, notamment lorsque je maintiens ses poignets au-dessus de sa tête alors que c’est moi qui mène le jeu. J’ai envie de concrétiser ce désir de domination féminine, et je me lance donc à la recherche de vidéo de ce genre afin de m’inspirer.À peine ai-je ouvert le site pornographique qu’une irrésistible envie de me masturber se fait ressentir. Je clique sur la première vidéo qui attire mon regard. De la double pénétration. Ce n’est pas exactement dans le thème de mes recherches, mais ça ira pour le moment. Je commence par caresser mes seins, puis descend gentiment le long de mon ventre, jusqu’à arriver à mon intimité. Je titille mon clitoris pendant quelques secondes, mais je mets rapidement la main sur mon vibromasseur, bien plus efficace et rapide, ce qui est nécessaire si je veux avoir le temps de trouver des idées avant de devoir le rejoindre. J’étale du lubrifiant sur mon jouet avant de l’enfoncer en moi. J’active la simulation interne et externe sur leurs modes de vibration maximum, et jouis en moins de 30 secondes. Le deuxième orgasme arrive peu de temps après. J’enchaînerai bien sur un troisième, voir même plus, mais j’ai du travail devant moi.Je quitte la vidéo et ouvre la catégorie « Domination féminine » pour voir une quantité impressionnante de latex sur les miniatures. Je prends note dans un coin de ma tête, peut-être que la tenue sera pour une prochaine fois.Je parcours les extraits, en quête d’une vidéo n’impliquant pas de cage de chasteté ou de fist-fucking. J’ai de la peine à comprendre comment cela pourrait être satisfaisant. Après une ou deux heures de visionnage et une dizaine d’orgasmes que je n’ai pu retenir, je pense avoir trouvé ce qui m’intéresse.J’écris à mon amant pour lui demander de m’attendre à 18 heures tapantes, exactement dans les mêmes conditions que lorsqu’il décide que je suis sa soumise, c’est à dire nu, agenouillé sur un coussin et ayant sorti tout le matériel de bondage en notre possession.Il pense d’abord à une blague, et je lui laisse savoir tuzla escort que s’il n’obéit pas, la punition sera sévère et que ses jolies fesses vont le regretter. Je pense qu’il a compris que je suis sérieuse.Je fouille dans mes petites tenues pour trouver ce qui remplacera au mieux le latex des vidéos. Mon body rouge lacé de noir fera l’affaire, c’est ce qui devrait me faire paraître le plus autoritaire. Je décide ensuite d’aller m’épiler afin d’être la douceur incarnée, je me maquille légèrement et je coiffe mes cheveux en un chignon sévère, rappelant vaguement une maîtresse d’école. Je mets un collier chocker afin de paraître encore plus excitante, et je chausse mes talons aiguilles. Je ne peux m’empêcher de me trouver bandante et d’imaginer sa réaction lorsque j’entrerai dans sa chambre.J’enfile un long manteau, prend mes clés de voitures et me rend chez lui.J’ouvre la porte d’entrée en faisant assez de bruit pour qu’il se rende compte de mon arrivée. Je prends mon temps afin de le laisser languir, probablement mourant d’impatience, et en profite pour regarder une dernière vidéo, afin de bien me mettre dans mon rôle.Je suis déjà terriblement excitée, je sens mon body devenir tout humide, mais je ne dois pas céder à la tentation de me soulager tout de suite. J’enlève le manteau avant de pénétrer dans sa chambre. Il lève des yeux écarquillés sur moi, sur mon corps si bien moulé par le body.Je vois qu’il a respecté mes ordres et je ressens brièvement de la fierté. Une partie de moi pensait qu’il n’allait pas du tout me prendre au sérieux. Je m’empare directement de la cravache et m’en sert pour taper cinq fois sur chaque fesse, en lui disant qu’il est malpoli de ne pas dire bonjour à sa maîtresse lorsqu’elle entre dans la pièce.- Je m’excuse Madame, bonjour. Vous êtes ravissantes Madame.Je ne peux me retenir de l’embrasser. Il a l’air si vulnérable dans cette position. Pendant un court instant, je me met à douter de cette envie de domination, mais je conclue que ce n’est juste un jeu, en me remémorant à quel point j’aime être à sa place.Je me dirige vers mon sac et en sors mon vibromasseur. Je m’assied sur le lit, face à lui, et applique du lubrifiant de la façon la plus lente et délicate possible. Je tire mon body sur le côté afin de révéler ma chatte parfaitement épilée et déjà dégoulinante de cyprine. Je escort tuzla vois sa queue frémir, sujette aux petits spasmes trahissant si bien son excitation. Je me caresse pendant un moment, puis insère gentiment le vibromasseur au plus profond de moi. Je lui ordonne de me regarder me donner du plaisir, ce qu’il fait avec de la passion dans les yeux. Il ne peut pas s’empêcher de gémir d’envie. Je m’autorise 3 orgasmes rapides, en observant sa queue qui ne cesse de devenir de plus en plus tendue. Elle en a même l’air douloureuse.Je lui demande de se lever et de se coucher à plat ventre sur le lit. Je me muni du fouet et lui fait compter les fessées à voix haute. Après avoir atteint les 50 coups, on peut voir à ses réactions qu’il n’est pas loin de craquer. Je continue, sans pitié, de la cyprine traversant mon body, jusqu’à ce qu’il prononce ‘’glace à la fraise’’. Des mots ridicules, mais un code d’alerte si satisfaisant à entendre. Lorsque je repose le fouet, il prononce un ‘’Merci Madame’’ d’une voix haletante. Je caresse ses fesses du bout de doigts et les embrasse. Elles sont rougies et si chaude.Je lui fait comprendre qu’il doit se retourner afin de passer aux choses sérieuses. Il grimace lorsque son beau petit cul touche le matelas, mais aucun son de protestation ne sort de sa bouche. Je suis étonnée de voir à quel point cet échange de rôle paraît naturel.Je place ses bras au-dessus de sa tête et attache ses poignets à la tête de lit à l’aide d’une corde. Un petit soupir se fait entendre, que je fais taire immédiatement par une morsure sur son téton. Une fois encore, il s’excuse. Je lui bande ensuite les yeux, estimant qu’il a assez pu profiter d’observer mon corps pendant que je me masturbait. Je m’éloigne un moment afin d’observer ce spectacle. Il est si beau, allongé nu sur ce lit. Sa respiration paraît pressée, sa queue, une petite goutte perlant à son bout, ne demande qu’à être sucée. C’est donc ce que je fais. Je commence par lécher ses couilles, puis j’aspire sa semence sucrée, lui provoquant un petit halètement de surprise. Je le prend bien profondément dans ma gorge, pressant mes lèvres autour de son membre si dur, léchant avec ardeur jusqu’à sentir sa jouissance approcher. Je m’arrête, je ne veux pas le finir comme ça. Je préfère le torturer à nouveau un peu, afin de faire redescendre l’orgasme qui tuzla escort bayan paraît si proche. Je me sers des pinces pour titiller ses tétons, tout en mordillant son oreille et son cou. Ça a l’air de le calmer.Je retire les pinces et le laisse patienter un moment, sans bruit, pour lui rappeler qu’il n’a aucun repère, ainsi attaché et aveuglé. Je me place ensuite à genoux au-dessus de son visage. Il comprend immédiatement ce que j’attends de lui, et se met à lécher mon clitoris avec fougue et enthousiasme. Sa langue s’aventure plus bas et me pénètre. C’est si bon. Je jouis encore une fois, tellement intensément que j’en perd l’équilibre. Je me reprends et décide que c’est l’heure de la délivrance. À califourchon sur lui, je lui fait titiller mon entrée avec son gland. Sensation douce et agréable, mais je suis maintenant beaucoup trop impatiente. Je décide quand même d’attendre jusqu’à ce qu’il me demande d’aller plus loin.- Je vous en supplie Madame.- Pardon ?- Je vous en supplie Madame, baisez-moi.Je le laisse glisser en moi d’un coup sec, et nous ne pouvons retenir un gémissement de satisfaction, à l’unisson. J’arrache son bandeau pour pouvoir plonger mon regard dans le sien, et la passion qui se lit en lui déclenche une décharge électrique dans mon clitoris. Je le chevauche sauvagement, en l’embrassant sans lui laisser une seconde de répit.Les sensations sont tellement intense, je me sens perdre pied, et je joui encore et encore, pendant un temps qui me paraît être une éternité. Je m’effondre ensuite sur lui, toute transpirante et encore tremblante.Je me rend compte que je me suis arrêtée juste avant son orgasme. C’est donc la deuxième fois que je le frustre, si proche du but. Ce n’était pas mon intention, mais j’en suis tout de même satisfaite. Je lui adresse un clin d’œil et lui défet ses liens, en prenant encore une fois tout mon temps.J’ai besoin de jouir une fois encore, ça me paraît être vitale. Je lui ordonne donc de me prendre en levrette, le plus violemment possible. Il est sans doute à son maximum, mais, insatiable, je ne peux m’empêcher de lui lancer un ‘’baise moi plus fort !’’, qui n’a pas son effet escompté mais qui le fait jouir longuement et bruyamment. Profitant de mes derniers instants de pouvoir, je lui donne comme dernier commandement d’insérer un doigt en moi et de me lécher, jusqu’à me provoquer un énième orgasme. Celui-là est le plus violent de tous, je tremble et hurle pendant plus de 40 secondes. Lorsque c’est enfin fini, je me sens tellement apaisée et heureuse. Il me glisse un dernier ‘’Merci Madame’’, puis mon rôle prend fin.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir