le grand changement

Amateur

le grand changementNous nous étions donné rendez-vous au bar de son hôtel. Elle était là pour suivre une formation. Cela faisait 20 ans que nous ne nous étions pas vu. Elle avait été l’une de mes premières petites amies. Nous avions vécu ensemble quelques années, nous étions séparés et avions fait notre vie chacun de notre côté. J’adorai faire l’amour avec elle, joué avec ses gros seins et ses bonnes fesses. Je découvrais le sexe. Elle aussi. Elle aimait ça mais avait des réticences. Elle n’aimait pas trop toucher mon sexe, ne pratiquait pas la fellation, refusais la sodo et il était hors de question d’éjaculer sur elle, ni sur ses cuisses, son ventre, ni ailleurs. Malgré tout nous avons fait l’amour dans tous les sens : missionnaire, levrette, debout, sur la table de la cuisine, même en levrette dans les bois d’un château de la Loire.Je l’ai cherché sur les réseaux sociaux et j’ai repris contact avec elle. Elle était partie en province. Et je fus très surpris quand elle me proposa de se voir quand elle serait sur Paris pour suivre sa formation. Je l’attendais assis à une table du bar et je la vis arriver. Son visage n’avait pas changé, des traits fins, les yeux bleus, blonde. Elle avait 20 ans de plus, mais je la trouvais toujours aussi jolie. Elle avait aussi toujours de jolies formes, quelques rondeurs en plus, mais toujours aussi appétissante. Elle portait une robe moulante qui lui descendait au dessus du genou et qui dessinait les courbes de ses hanches, sa taille et ses seins. Des seins toujours volumineux, très bien mis en valeur par son décolleté. Wahou ! Elle était désirable. Et elle n’était pas devenue ce que je craignais, grosse et déformée par les années et les aléas de la vie. Je me levais et lui fis la bise, en posant mes lèvres très près des siennes. Elle fit de même.Nous buvions une illegal bahis coupe de champagne et nous racontions le déroulement de notre vie depuis notre rupture à aujourd’hui. Le temps passa très vite. Et nous n’avions pas terminé de discuter que le serveur nous annonça la fermeture du bar. Elle me proposa de poursuivre dans sa chambre. J’en fus très étonné, mais je la suivis. Dans l’ascenseur un silence s’instaura entre nous. Mon regard n’arrivait pas à se détacher de son décolleté. Je sentis ses doigts effleurer les miens. Dans le couloir pour aller à sa chambre, c’était son cul que je ne quittais plus. Elle entra la première dans la chambre et m’invita à la suivre. Aussitôt qu’elle eu refermé la porte, elle se jeta sur moi pour m’embrasser et nous poussa sur le lit. Elle dévora mes lèvres. Je sentais ses mains sur moi me caresser. Elle ouvrit ma chemise, la sortit de mon pantalon et me caressa le torse. Je repris le dessus et nous fis basculer pour venir sur elle. Cette fois c’est moi qui la caressais, je dégageai encore plus son décolleté pour lui manger les seins. Je glissai mon visage sur sa robe, lui glissais sur le ventre. Je descendais vers ses cuisses et elle remontait sa robe pour les découvrir. Découvrir son string et son porte-jarretelle assortis et ses bas. Mes lèvres caressaient l’intérieur de ses cuisses et remontaient sur son sexe, que j’embrassai à travers son string. Elle était chaude. Tout en continuant de l’embrasser, je me mis à la caresser de deux doigts. Elle ondulait. Je la vis se caresser les seins et les faire sortir pour mieux sentir ses doigts dessus. J’écartais son string et la caressais directement de ma langue. Aussitôt je reconnue son gout. Ma langue remontait entre ses lèvres jusqu’à son clito que je suçais. Elle me détacha de son sexe et me fit remonter sur elle. illegal bahis siteleri Je vins lui prendre les seins entre mes mains, les serrer l’un contre l’autre et y fourrer mon nez pour la respirer. Mais elle continua à me demander de monter encore sur elle. J’étais à genoux sur son ventre. Elle ouvrit mon pantalon en me caressant. Elle voulait toucher mon sexe, le prendre en main. Je l’aidais en me redressant et elle baissa mon pantalon avec mon boxer et sortit mon sexe tout raide. Elle le branla un peu et me fit encore remonter sur elle. Maintenant j’étais à la hauteur de ses seins, qu’elle colla sur ma bite et me frotta avec. Elle releva la tête et embrassa mon gland. Le téta du bout des lèvres. Elle me poussa encore pour mieux me sucer. Je me redressai au dessus d’elle pour lui enfoncer dans la bouche. Elle me pompa comme une gourmande. Au bout d’un instant je me retirai et la retournai à plat ventre sur le lit pour descendre la fermeture de sa robe et lui enlever. Elle se retrouva en sous vêtement et en bas. Le string écarté sur son sexe, ses seins débordant de son soutien-gorge, les cheveux tout décoiffés, la respiration forte. Comme moi elle était très excitée. J’enlevais également mes vêtements. Je vins sur elle, me frotter contre elle, mon sexe contre ses fesses. Elle se mit à quatre pattes pour que je la prenne. Mais je continuais à caresser son cul, à lui relever encore plus de façon qu’elle se cambre encore plus. Je me penchais dessus et l’embrassais. Je lui écartais les fesses pour voir son anus et son sexe. Je passais ma langue sur sa peau, glissais entre les lèvres de son sexe et passais sur sa petite rondelle. Elle ondulait. Elle gémissait me montrant qu’elle appréciait. Elle mouillait. Je continuais à fouiller son sexe de ma langue et à effleurer son anus. De plus en canlı bahis siteleri plus j’insistais dessus, jusqu’à ne plus m’occuper que de son petit trou. Elle grognait de plaisir. Et d’un coup je me suis redressé et lui ai enfoncé ma bite dans son con. Un grand coup. Fort. Tout entier en agrippant ses hanches. Et je me mis à la baiser fort. De grands vas et viens. Elle suivait mes mouvements. Elle gémissait en redemandant encore. Je tapais mon bas ventre contre son cul. Je claquais dessus. Et je ralentis mes mouvements pour lui enfoncer maintenant un doigt dans le cul. J’alternais mes vas et viens entre ma bite dans son sexe et mon doigt dans son cul. Elle appréciait d’être prise pas les deux côtés. Les fesses remontées, les épaules posées sur le matelas, la tête posée sur le côté, elle me regardait aller et venir en elle. Et elle me dit : « prends-moi ! » je glissai ma queue en dehors de son sexe et remontais de quelques centimètres pour lui enfiler dans le cul. Doucement. Marquant des arrêts pour qu’elle s’habitue à la grosseur de ma bite dans son passage étroit. Elle fermait les yeux. Se pinçait les lèvres. J’arrivais au bout. D’une main sur mon ventre, elle stoppa mes mouvements et c’est elle qui prit l’initiative sur ma queue en remuant dessus. Elle allongeait de plus en plus ses variations et ses mouvements. Elle me baisait. C’était divin. Je me penchais sur son dos et passait une main sous elle pour lui caresser son clito. Je suivais son rythme. Elle mouillait de plus en plus. Et je sentis sa jouissance s’expulser. Moi aussi j’allais venir. Je me retirais doucement et fis glisser mon sexe sur sa raie avant de jouir et d’étaler ma semence au creux de ses reins. Elle se redressait contre moi et pris mes mains pour les diriger sur elle et se caresser les seins et le sexe. Je venais de lui faire tout se qu’elle ne voulait pas faire quand nous étions ensemble à l’époque : fellation, sodomie et éjaculation.Et nous avons remis ça à plusieurs reprises dans la nuit. Elle m’a même sucé jusqu’au bout, buvant mon sperme avec plaisir et délectation.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir