Lucie & Léa – Part. 2

Babes

Lucie & Léa – Part. 2Je vais, à présent, vous faire un résumé lapidaire de la suite. Sachez seulement que rapidement, Léa a investit une partie de son héritage dans l’achat d’un petit pavillon de banlieue dans lequel nous avons emménagé en temps que mère et fille. J’ai continué mon travail et de temps à autre Léa y participe. J’en arrive au présent.Il y a quelques jours, elle m’a demandé mon avis pour aller voir un psy pour un suivi médical afin de devenir réellement femme. Dans mon for intérieur, je me demandais si elle allait aborder le sujet. Mon réponse fut spontanée. « Puisque tu me le demandes, non seulement je te donne mon aval mais je vais tout faire pour t’accompagner ». Dans la foulée, je pris contact avec un médecin qui accepta de nous recevoir. Ce que je ne savais pas, c’est qu’il avait des gouts sexuels quelque peu particuliers. Le jour venu, nous nous sommes donc rendues au cabinet. Pour l’occasion, je m’habille d’une tenue relativement classique tandis qu’elle tient à dissimuler sa lingerie sous une tenue de garçon, ce qui me fit beaucoup rire car elle ne porte quasiment plus jamais de vêtements masculins. Donc, pour ce premier rendez-vous, elle porte un jean, un tee-shirt et des baskets pour dissimuler un soutien-gorge, une petite culotte, un porte-jarretelles et des bas. Comme sa bite ne lui sert plus qu’à pisser, elle est enfermée dans une petite cage de chasteté et son cul est garni par un joli petit rosebud. Dès notre entrée dans son bureau de consultation, anadolu yakası escort je sens poindre, chez Léa, un léger malaise. Du fait de la taille du plug qui lui emplit le cul, elle a du mal à s’asseoir et le docteur s’en aperçoit très vite. Je fais au médecin un rapide résumé de notre histoire. Il se montre autant intéressé qu’excité. Il lui demande de se déshabiller devant lui ce qu’elle fait malgré tout avec une certaine appréhension. Elle retire son t-shirt et son jean. Il l’invite à se tourner. Il mate son petit cul et sa cambrure. Il constate la présence du plug entre ses fesses. Il se lève et vient tâter. Je distingue au travers du tissu de son pantalon, une bosse significative. Ma main s’aventure sur sa braguette. Il me fait un clin d’œil. Je lui demande s’il a besoin d’aide. Il me dit de sortir sa bite. C’est pour un test. Je m’empresse de lui obéir en m’agenouillant. De son côté, il le lui retire, tandis que j’ôte la cage de mon clito. Très vite, son pantalon tombe sur ses chevilles. Il lui demande si elle aime les hommes. Je le lui confirme avant que de prendre sa belle queue entre mes lèvres. Ma bouche de salope confirmée se referme sur sa longue tige. Voyant ça le dard du docteur durcit. J’entame une série de va et vient sur sa bite. Il dit à Léa que c’est à elle de le sucer maintenant pour voir. A regrets, je laisse la place en disant à Léa : « fais honneur à l’éducation que ta maman t’a ataşehir escort inculqué ». « Bien maman » me répond-elle. Elle commence par lui lécher le gland. Je sors de mon sac, un godemichet. Je le prends en bouche pour l’humidifier. Léa me regarde tout en suçant sa queue. Voyez docteur comme elle s’excite, ma petite salope de fille dès qu’elle voit une bite. Oui je vois madame mais maintenant, il faut voir comme elle réagit quand on l’encule. Je vous l’assure docteur, elle adore ça. Il finit de la déshabiller, se me met nu et lui dit de se mettre à quatre pattes sur la chaise. En bonne fille, elle obéit sans rechigner. Je me présente devant elle après avoir sanglé le godemiché à ma taille. Regardez docteur comme elle aime sucer … même des godes ! « Ben oui, Madame, je vois ça » dit il en mettant de la vaseline sur sa verge. J’insiste en disant « Pour moi, c’est une bonne fille. Une vraie chienne avide de bites ». « Attendez » dit-il, en enfonçant sa grosse bite dans son cul ouvert. « Il faut dire que je l’ai bien élevé, dans le stupre et la perversion » que je rajoute. « Tu m’as toujours dit que je suis une fille maman » croit-elle bon d’ajouter. D’une voix autoritaire, je la reprends : « Contentes toi de tendre ton cul et de donner du plaisir au docteur ». « Ooooooooooooooooooooh je sens sa grosse bite en moi. Elle me prend bien ma chatte. Il me ramone ». Je suis tellement excitée de vous voir baiser que je commence à me donner ümraniye escort du plaisir en me caressant. A la surprise du docteur, je retrousse ma jupe et je sors ma bite de ma culotte. Et oui, docteur, je suis moi aussi une transsexuelle. Cela l’excite encore plus que m’étant débarrassé du godemichet, je me fais sucer par Léa, pendant qu’il l’encule. « Mesdames, vous tombez bien, j’adore baiser des salopes dans votre genre » dit alors le docteur. Ma petite Léa est comblée, une queue dans chacun de ses trous, elle est aux anges. Le docteur s’adresse à moi et me dit « je vais vous prendre aussi, chère madame ». Il nous intime l’ordre de changer de position. Nous nous retrouvons toutes les deux côte à côte, par terre à quatre pattes. Il passe d’une chatte à l’autre tandis que nous nous roulons des pelles bien baveuses. « Oh maman je t’aime”. Je ne sais pas toi, mais moi, je déguste ». Il s’interrompt quelques instants et va à son bureau d’où il revient avec une paire de menottes. Nous voici menottées l’une à l’autre. Il décide alors de nous administrer une fessée. Très vite, nos fesses prennent une couleur rouge bien prononcée et nous chauffent. Comme deux chiennes en chaleur, que nous sommes, nous tortillons du popotin sous ces claques. Il nous dit de nous lever. Nous obéissons, soumises. Il se met à genoux devant nous et nous suce à tour de rôle. Intérieurement, je le trouve très doué. Après s’être vidé sur nos visages, il nous annonce qu’il est d’accord pour nous diriger vers un psy qui pourra nous recevoir. Il rédige un courrier qu’il me charge de donner au psy lors de notre premier rendez-vous. Il y met une condition. Que nous acceptions de devenir ses esclaves sexuelles. Désormais, chaque fois qu’il aura envie de nous, nous devrons répondre présentes et lui obéir.A suivre …

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir