Papy fait l’affaire 2

Anal

Papy fait l’affaire 22- Le vieux se leva ce matin avec une bonne trique, il avait rêvé de sexe. Aujourd’hui, sa femme de ménage devait venir de 10 à 12. Elle avait la clé, et commençait par la salle de bain, il décida donc qu’il serait sous la douche avec la musique forte pour ne pas l’entendre. Il plaça un miroir vers la porte et de la douche il pourrait voir si elle rentrait ou pas. Il saurait qu’elle attitude tenir par la suite. Il se mit nu et commença à guetter le parking ou elle mettait sa voiture. Il la vit arriver, elle était en tee-shirt et jupe assez courte comme d’habitude, sa blouse à la main. Il fit couler l’eau, mit la musique forte et commença à se savonner la bite énergiquement, il fallait qu’elle bande si elle rentrait. Il regardait dans le miroir et vit la porte s’ouvrir doucement, elle passa la tête et le vit. Elle le regardait se frotter ou plus tout se branler et au lieu de repartir, elle resta cachée à le guetter. Il la voyait ben grâce à ce miroir judicieusement placé. Sa bite était au maximum et se tendait vers le haut, les bourses pendaient. La fille regardait et il la vit passer sa main sous sa jupe, la blouse ouverte. La jupe fut canlı bahis şirketleri remontée et il vit qu’elle se branlait sur une culotte rouge. Ses doigts glissaient sur le tissu. Une main passait sur un sein dressé. Il coupa la musique de la douche, l’eau et sorti de la douche. La fille fit un pas en arrière et ferma la porte. Lui se précipita sur la porte et se retrouva nez à nez avec la fille. Il était nu et bandait comme un cerf, il s’excusa, prétextant qu’il ne l’avait pas vue, laissa la porte ouverte et commença à s’habiller. Le fille regardait le beau morceau, malgré la différence d’âge, elle s’excusa aussi et parti vers la cuisine. Le vieux sortit laissant la fille seule. Il savait qu’il l’avait touchée et que petit à petit, il lui mettrait sa bite dans un de ses trous. Le vieux alla au self du coin, blagua avec la serveuse, puis décida d’aller faire quelques courses. Dans le supermarché au rayon chaussures, il vit une femme de quarante ans essayer des chaussures. Il se plaça derrière elle et guetta, la femme qui assise en face une glace admirait ses chaussures. Le vieux derrière voyait son entrejambes ouverte sur la glace. Se croyant canlı kaçak iddaa seule à regarder, elle remonta un peut sa robe et il vit son string. La femme se leva, pris les chaussures et disparus vers les caisses. Il la suivit dehors, elle allait monter dans sa voiture quand elle se retourna.-Vous avez fini de me mater, vieux dégoutant, a votre âge c’est honteux-Bof dites ce que vous voulez, je n’ai rien fais que vous regarder et je ne vous suis pas, je vais au square prendre l’air, venez si vous voulez on parlera.-Vieux dégoutant. Elle parti. Lui se dirigea vers le square, il y aurait peut être une bouche à nourrir…Arrivé à l’entrée du square, il partit d’un pas décidé vers les toilettes publiques et remarqua un jeune non loin des pissotières. Il entra se plaça comme la première fois et attendis. Le jeune arriva et se mit à coté de lui, sans gène, il sortit sa verge et se tourna vers le vieux. -Tu veux me sucer Papy.-Heu ! c’est que…-Quoi, elle te plais pas, montre la tienne… tu veux que je la suce avant.-Oui si tu veux, c’est que je n’ai pas l’habitude de sucer, mais…-Approche, je vais te sucer un peut, puis tu me fera pareil. Il s’accroupi et emboucha canlı kaçak bahis la bite molle. Après quelques minutes de suçage. Il se releva et appuya sur les épaules du vieux qui compris que c’était à son tour. Il hésita un instant, s’accrocha aux fesses du jeune homme et le prit en bouche. C’était gros, mais bon. Le jeune avait une bite fine très lisse avec une toute petite tête pointue. Il tenait la tête du vieux et poussait loin sa bite. Le vieux le senti ce raidir, puis recut un gros flot de foutre dans la bouche, trois fois au moins ce que lui avait donné la veille. On voit qu’il est jeune et puissant, ce dit le vieux. Il était obligé d’avaler, le jeune lui tenant toujours la tête. C’était un peut acre, mais pas mauvais, il dégluti et le jeune le lâcha.-Si c’est vrai que tu n’as jamais fait ça c’est pas mal, tu as aimé mon foutre Papy.-Oui, c’était bon, j’ai bien aimé.-Tu me parais sympa, si tu veux je peux t’enculer ?-Ici ?-Non, chez mes parents, il y à une baraque au fond du jardin, c’est pas très loin, on pourrait y aller.-Mais tes parents ?- Il y vont rarement et là ils travaillent, il y a juste ma sœur.-Ta sœur ?-Te casse pas la tête, elle à l’habitude. Alors tu me suis ou pas, sinon je cherche quelqu’un d’autre.-Ben je n’ai jamais était enculé et je ne l’ai jamais fait.-Faut bien une première fois, tu verras, je suis doux, on va essayer-Passe devant, je te suis, je veux rester discret.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir