Rencontre au supermarché

Babes

Rencontre au supermarchéCette histoire se déroule alors que j’avais 23 ans. À cette époque, je suis encore célibataire et j’ai déménagé depuis trois mois dans la banlieue de la capitale pour trouver mon premier emploi. J’habite dans un petit studio de 22 m2 que je peux me payer avec mon premier emploi de secrétaire, mais les fins de mois restent difficiles. Un soir, en sortant du boulot, je vais dans un grand supermarché faire mes courses pour la semaine. J’en profite pour aller au rayon lingerie où j’achète deux collants noirs pour les mettre au boulot et une paire de bas couleur chair pour les porter en soirée. En ressortant du rayon, je vois un joli ensemble string et soutien-gorge rouge en dentelle. Je regarde quelques secondes les produits et décide de les acheter. Je m’accroupis pour chercher un string à ma taille (en taille 44, les produits sont toujours derrière) lorsque j’entends une voix d’homme derrière moi.— Très bon choix, Mademoiselle. Je me retourne et vois un homme d’une cinquantaine d’années, les cheveux grisonnants, me regarder.— Cela doit vous aller à ravir ! insiste-t-il alors que je le dévisage. Il n’est pas très grand (environ 1 m 70) et un peu rond – tout comme moi – mais cela ne l’empêche pas d’être assez bien conservé pour son âge. Etonnée par cette remarque, je ne sais pas du tout comment réagir et repose finalement le soutien-gorge que canlı bahis şirketleri j’avais déjà dans les mains.— Non, non… Reprenez vos articles ; si vous voulez, je peux même vous les payer.Ce que cet homme ne savait pas, c’est que je suis assez ouverte à ce genre de pari ; je lui réponds alors que je serais d’accord, mais à condition qu’il n’y ait aucune contrepartie. En fait, ça m’arrange un peu puisque j’avais hésité à acheter l’ensemble à cause de l’état de mes finances.Il accepte. Je choisis donc le string en dentelle rouge très sexy, et même un shorty coordonné au soutien-gorge.Ayant d’autres courses à faire, me voilà partie avec mon quinquagénaire à faire le reste de mes courses. J’apprends alors qu’il s’appelle Amine, qu’il est divorcé et assureur. Bien qu’il parle beaucoup et commente chacun de mes achats, il est toutefois d’une agréable compagnie. Je lui apprends que je suis célibataire, nouvelle Algéroise, et secrétaire. Arrivés à la caisse, je dépose mes courses sur le tapis roulant et Amine prend la lingerie pour la payer à part. Il prend également ma paire de bas et mes deux paires de collants pour les payer.J’attends qu’il règle mes achats alors que la caissière nous dévisage en voyant un vieux acheter de la lingerie sexy à une jeune fille dont il pourrait être le père. Assez excitée par la situation, j’espère qu’Amine va m’inviter canlı kaçak iddaa à aller plus loin avec lui, ce qui me permettrait de réaliser mon fantasme de faire l’amour avec un homme mûr. Les achats réglés, je m’adresse à lui :— Bon ; eh bien merci, Amine. Maintenant, je vais rentrer chez moi.— Écoute, Nesma, je te trouve très sympathique et séduisante. Accepterais-tu de me montrer la lingerie que tu portes, là ? Je suis prêt à te payer 200 DA si tu veux bien.Je suis étonnée par sa demande alors que je m’attendais à ce qu’il m’invite boire un verre chez lui ; du coup, je ne sais pas trop quoi répondre. Alors habillée d’une robe violette à manches longues, d’un legging noir et de bottes, je réfléchis dix secondes pour savoir ce que je porte dessous. En fait, il s’agit d’un ensemble soutien-gorge / culotte blanc allant sur le grisonnant, plus « tue-l’amour » que sexy.Je lui en fais la remarque, mais il dit que cela ne le dérange pas, trop content de voir une jeune femme aussi peu farouche. Reste à savoir où je peux m’exhiber devant lui… Mais nous trouvons rapidement des toilettes publiques à la sortie du supermarché. Une fois enfermés dans cette cabine, il me demande de relever ma robe, ce que je fais, puis je baisse mon legging noir afin de lui montrer mon postérieur dans ma culotte aux élastiques un peu détendus et déjà humide par l’excitation. Ça a l’air canlı kaçak bahis de plaire à Amine qui se caresse à travers son pantalon qui forme une bosse. Il me demande ensuite de montrer mon soutien-gorge, et je n’ai d’autre choix pour ce faire que d’enlever complètement ma robe. Cela n’a pour seul effet que d’accentuer ses caresses sur son pénis et, après m’avoir fixée dans les yeux, il ouvre son pantalon et sort sa verge pour se masturber devant moi.Je reste immobile quelques secondes et fixe son sexe assez spécial : assez court (12-13 centimètres), il paraît anormalement épais et ne ressemble à aucun de ceux que j’avais pu voir avant.Il commence à se branler frénétiquement ; je décide alors de me rapprocher pour le prendre dans ma main et le masturber. Nous nous regardons les yeux dans les yeux pendant que je le branle, puis je décide de m’accroupir pour lécher son gland qui me remplit la bouche. Je le suce goulûment et apprécie d’avoir cette épaisse queue en moi. Au bout de quelques minutes, Amine sent le désir monter et finit par éjaculer dans la bouche. Je n’avale pas sa semence abondante qui me coule sur le menton, dans le cou jusqu’à ma poitrine, tachant au passage mon soutien-gorge. Je finis par m’essuyer la poitrine avec du papier toilette avant de remettre ma robe et mon legging, puis de sortir des toilettes.Là, Amine me remercie et me fait la bise. Je repars à pied chez moi en culpabilisant sur le fait de m’être exhibée et d’avoir sucé un vieil inconnu dans des toilettes publiques. J’ai même oublié de demander les 200 DA promis par mon amant d’un jour. Mais, mon Dieu, que la honte est bonne !

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir